Manu ciao

Editos
Outils
TAILLE DU TEXTE

Est-ce la der des dernières chances pour Emmanuel Macron ? Le président de la République, coupé dans son élan par le mouvement des Gilets jaunes, trouvera-t-il son salut dans l'après-Grand débat national, dont la restitution est prévue le 15 mars ? Ces derniers week-ends de contestation sociale virulents pourraient offrir un nouveau départ à l'exécutif, à condition qu'il se donne les moyens de construire, avec la société civile, un modèle différent. Emmanuel Macron est attendu au tournant par les citoyens, dont 67 % estimaient, début février, d'après un sondage Odoxa, que la consultation XXL ne pourrait pas mener "à des mesures utiles pour le pays".
Après deux mois d'échanges, des conférences régionales citoyennes seront organisées les 15-16 et 22-23 mars. A l'Assemblée nationale, une restitution est prévue les 1er, 2 et 3 avril - elle relancera l'activité parlementaire et libérera les députés de leur réserve. Mais c'est surtout la synthèse de plusieurs centaines de milliers de contributions par le gouvernement - au plus tard le 5 avril - qui sera scrutée. Et il faudra bien plus qu'une réponse économique aux inquiétudes profondes que la mobilisation aura permis de cristalliser. C'est la structure même de la relation politique qu'il faudra faire évoluer, en rapprochant la décision des territoires, en leur redonnant vie, tout en décentralisant le pouvoir, et en associant davantage le citoyen. Un virage à 180° qu'il va falloir finement négocier.

Est-ce la der des dernières chances pour Emma­nuel Macron ? Le président de la Répu­blique, coupé dans son élan par le mouve­ment des Gilets jaunes, trou­vera-t-il son salut dans l’après-Grand débat natio­nal, dont la resti­tu­tion est prévue le 15 mars ? Ces derniers week-ends de contes­ta­tion sociale viru­lents pour­raient offrir un nouveau départ à l’exé­cu­tif, à condi­tion qu’il se donne les moyens de construire, avec la société civile, un modèle diffé­rent. Emma­nuel Macron est attendu au tour­nant par les citoyens, dont 67 % esti­maient, début février, d’après un sondage Odoxa, que la consul­ta­tion XXL ne pour­rait pas mener « à des mesures utiles pour le pays ».
Après deux mois d’échanges, des confé­rences régio­nales citoyennes seront orga­ni­sées les 15–16 et 22–23 mars. A l’As­sem­blée natio­nale, une resti­tu­tion est prévue les 1er, 2 et 3 avril – elle relan­cera l’ac­ti­vité parle­men­taire et libé­rera les dépu­tés de leur réserve. Mais c’est surtout la synthèse de plusieurs centaines de milliers de contri­bu­tions par le gouver­ne­ment – au plus tard le 5 avril – qui sera scru­tée. Et il faudra bien plus qu’une réponse écono­mique aux inquié­tudes profondes que la mobi­li­sa­tion aura permis de cris­tal­li­ser. C’est la struc­ture même de la rela­tion poli­tique qu’il faudra faire évoluer, en rappro­chant la déci­sion des terri­toires, en leur redon­nant vie, tout en décen­tra­li­sant le pouvoir, et en asso­ciant davan­tage le citoyen. Un virage à 180° qu’il va falloir fine­ment négo­cier.