Banlieue Boogy Blues

Editos
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le collectif Territoires gagnants, lancé l'année dernière par l'association d'élus Villes et banlieues et le mouvement citoyen Bleu-blanc-zèbre, a fait part, juste après la séquence médiatique ayant vu le président de la République donner deux interviews à la télévision, de sa "forte inquiétude" devant son "silence sur le Plan banlieues".

"Après plusieurs mois de mobilisation et de travail intense pour les quartiers français", suite à l'Appel de Grigny d'octobre dernier, le collectif s'estime "dans une impasse". En effet, les interventions présidentielles n'ont donné lieu à "aucune question sur la situation alarmiste des quartiers, aucune question sur l'épuisement des maires qui sont en première ligne face à la souffrance des habitants, et aucun signe positif d'encouragement".

Un cri d'alarme compréhensible, compte-tenu du silence assourdissant, dans la presse, et depuis plusieurs mois, sur cette démarche collective que constituent les Etats généraux de la politique de la ville, sorte de tour de France des QPV, qui "a inspiré le plan de bataille" que doit présenter Jean-Louis Borloo cette semaine... mais qui a été plusieurs fois repoussé. 

A l'heure où "les associations de quartiers luttent pour survivre (comme le souligne la mission de Marie-George Buffet et Pierre-Alain Raphan sur les emplois aidés)", les élus des quartiers populaires exigent "plus que jamais" des réponses précises et claires à la "grande dynamique" engagée et aux propositions qu'ils ont faites.