L’économie mixte, support de la transition post-nucléaire de Fessenheim

Stratégies urbaines
Outils
TAILLE DU TEXTE
A expérience sans précédent, pilotage original. Le "projet d’avenir du territoire de Fessenheim" a été signé le 1er février par l’Etat et les collectivités locales françaises et allemandes situées dans la sphère d’influence de la centrale nucléaire appelée à fermer l’an prochain au bord du Rhin. Sa mise en œuvre incombera à une Société d’économie mixte (SEM), de nature transfrontalière par sa composition : les signataires du projet sont invités à y entrer, y compris les collectivités allemandes riveraines. Constituée d’ici à l’été, la SEM sera dotée d’un capital d’1 à 2 M€ – les prochaines discussions permettront d’affiner le montant. Elle accueillera l’Etat, EDF (qui prévoit de prendre une participation de 15 %), la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Alsace Eurométropole et la Caisse des dépôts, qui en sera l’animatrice. "Cette transition de territoire d’un genre inédit va requérir beaucoup (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour vous abonner :

Je m'abonne
PACK DIGITAL

Articles sélectionnés pour vous