14
décembre 2018

Charenton-Bercy, future entrée métropolitaine de l'est parisien

Projets urbains
Outils
TAILLE DU TEXTE

Charenton-le-Pont entre dans la dynamique métropolitaine. La commune val-de-marnaise située à la frontière de Paris mise sur la mutation urbaine de grande ampleur amorcée à l'est de la capitale pour devenir une polarité phare du Grand Paris. Avec pour totem architectural, une tour de 180 mètres de haut dessinée par l'agence d'architecture américaine SOM (notamment connue pour avoir réalisé le plus haut gratte-ciel du monde, à Dubaï). Le 13 mars a été lancée la consultation publique. Date à laquelle ont été dévoilées les intentions du programme, porté par l'opérateur UrbanEra, direction grands projets urbains de Bouygues Immobilier, et l'aménageur Grand Paris Aménagement. 

Sur ce terrain de jeu de 12 hectares, les travaux doivent démarrer en 2021. Avec, pour première phase opérationnelle, le prolongement de la rue Baron-Le-Roy, artère structurante et commerçante du quartier parisien Saint-Emilion, côté Bercy. Son percement jusqu'à Charenton, sous le périphérique et en franchissement des voies ferrées, permettra de répondre à l'un des grands enjeux de cette vaste opération : créer une connexion urbaine avec Paris par des liaisons douces. Car malgré sa position stratégique (à proximité du parc de Bercy, du bois de Vincennes, bordé par la Seine) et son marché tertiaire dense (bureaux et entrepôts), le secteur Charenton-Bercy est une enclave. Son réaménagement doit l'affranchir des infrastructures routières et ferroviaires qui l'enserrent. A ce titre, la passerelle Valmy, insuffisante aujourd'hui, sera élargie (20 m en moyenne, 60 m maximum) et transformée en lieu de vie à part entière, doté d'espaces verts. A plus long terme, la requalification de l'A4, coupure majeure du quartier, en boulevard urbain, est envisagée par les parties prenantes. 

C'est ainsi que les près de 360 000 m2 à aménager (activités économiques, résidentielles, urbaines, culturelles...) résonneront avec la programmation prévue dans la ZAC Bercy, à Paris 12e, où pousseront plusieurs tours de grande hauteur et près de 4 000 logements.  

15 000 nouveaux emplois en 2030 et 1 000 logements

Le projet Charenton-Bercy comprend, dans son aspect économique, la création d'un pôle dédié aux "univers virtuels" (animation 3D, effets spéciaux, imagerie médicale, jeux vidéo...) dans une logique de cluster, complétant ainsi l'activité des studios du nord de l'agglomération (Aubervilliers et Saint-Denis) et des sociétés de production de l'ouest (Issy-les-Moulineaux et Boulogne). Une "Fabrique du spectacle" est d'ores et déjà prévue dans les locaux de l'APHP réhabilités ; Néo, un second espace d'envergure (bureaux, loisirs, commerce) s'installera en lieu et place de l'actuel centre commercial Bercy 2. 

Au total, la ville de Charenton s'attend à la création de 15 000 nouveaux emplois à horizon 2030. Un millier de nouveaux logements seront également développés dans ce morceau de ville, du studio au T5, du social à l'accession, pour accueillir environ 2 500 habitants supplémentaires. Certains des logements seraient intégrés, par ailleurs, au gratte-ciel de SOM. La tour accueillera, entre autres, 5 000 m2 d'espaces verts. 

Sur les cinq hectares réservés aux espaces publics, 3,6 ha seront plantés. "Tous les facteurs sont regroupés pour nous permettre d’offrir à Charenton et aux Charentonnais une opération maîtrisée par la ville et permettant un renouvellement urbain", se réjouit le maire (LR) Hervé Gicquel.