21
octobre 2017

Rompre le périph' : l'ambition du sentier "street art" du Sud parisien

Projets urbains
TAILLE DU TEXTE

Le "récit du Grand Paris" est en pleine rédaction, selon Pierre Mansat, ancien président de l’Atelier d’architecture du Grand Paris (AIGP). Et le nouveau sentier de "street art", qui vient de voir le jour dans le Sud de Paris, y contribue. Il doit permettre aux habitants de "s’approprier un espace très particulier et très divers", explique-t-il. Les Franciliens sont "perdus" dans ce Grand Paris, lourdement institutionnalisé. Alors, comment créer un nouveau territoire qui ferait sens ? En "rompant la barrière physique et psychologique du périphérique" grâce à la marche et à l’art : c'est la réponse trouvée par Enlarge your Paris, site de presse lancé en 2013 par "une bande de journalistes banlieusards" et instigateur du parcours urbain. 12 km de marche pour être plus précis, traversant les communes d'Arcueil, Gentilly, Vitry-sur-Seine, Ivry-sur seine, ainsi que le 13e arrondissement de Paris. L’itinéraire a été révélé le 10 juin lors d’une balade inaugurale. "Le street art a été pris au sens très large du terme", explique Judith Frydman, co-directrice de l'association culturelle "Des ricochets sur les pavés". Graffiti, peinture murale, sculpture, récent ou ancien, gigantesque ou minuscule, il y en a pour tous les goûts. La première œuvre, des 40 attendues au total, fut créée devant les yeux des randonneurs, explorateurs et observateurs lors de l’inauguration : une fresque de Quentin Chaudat, réalisée dans le quartier Chaperon Vert entre Arcueil et Gentilly. Une autorisation préalable d’Opaly (OPH) et d’Orange - puisqu’elle s’étend sur un des boîtiers techniques -, a dû être obtenue. La condition d’Opaly ? Que les couleurs de la fresque reprennent le jaune des stores du quartier. Une jeune fille habillée de jaune et de noire qui s’élance, doudou à la main, orne désormais le paysage. Il faudra attendre deux ans pour admirer le reste des réalisations.

Un parcours pour (re)découvrir les atouts des villes traversées
Le sentier, du centre culturel d’Anis Gras, à Arcueil, au théâtre Jean-Vilar, à Vitry-sur-Seine, se décline en trois parties : la première jusqu’à la Butte aux Cailles, en passant par Gentilly, la deuxième, dédiée à la Butte aux Cailles justement, et la troisième, des Jardins des Grands-Moulins, dans le 13e, à Vitry-sur-Seine. Sur chacune d’elles, trois murs consacrés à l’art de rue seront érigés. Les artistes seront désignés à l'issue d’un appel à projets mis en place de façon collective et participative. "Un besoin de développer le vivre ensemble" est visible pour Christian Métairie, maire (EELV) d’Arcueil. Cette "galerie d’art" en plein air permettra de "redécouvrir le paysage, la nature". Le circuit a été pensé pour faire escale devant plusieurs lieux culturels spécifiques à chaque quartier et territoire traversé : le théâtre la Manufacture des Œillets, ancienne usine métallurgique à Ivry-sur-Seine, la Maison Doisneau à Gentilly, etc. Le tracé n’est cependant pas gravé dans la pierre, précisent les organisateurs, puisqu’avec les nouvelles œuvres qui vont apparaître, le parcours est voué à évoluer. 45 000 € de subvention ont été octroyés au titre du budget participatif 2016 pour la partie parisienne. Vitry-sur-Seine, souvent présentée comme la capitale du street art, a largement inspiré l'initiative. Enlarge your Paris a établi un partenariat avec l'association Vitry’N urbaine. L’association culturelle Des ricochets sur les pavés, le Fresh Street Art Tour, Campus Urbain Seine-Amont, Digital Street Art et A travers Paris font également partie de l’aventure. 
 

Bannière lettre 2016 URBAPRESS

Banniere Traits Urbains 86 250

Banniere Guide des projets urbains Innovapresse 250

Bannière lettre 2016 Decideurs Ile de France Innovapresse 250