JO 2024 : retombées économiques, aménagement urbain, rentabilité sociale... Les élus ont tout prévu

Projets urbains
TAILLE DU TEXTE
"Il faut utiliser les JO 2024 pour réduire la fracture territoriale, qui est le plus gros problème de l'Ile-de-France". Stéphane Troussel, président (PS) du CD93, croit en l'opportunité que représente l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques 2024 pour son département. La Seine-Saint-Denis est, il faut dire, le territoire francilien qui accueillerait le plus grand nombre de constructions nouvelles, dont le village olympique (à cheval sur l'Ile-Saint-Denis et Saint-Denis) et plusieurs sites sportifs. L'autre zone d'organisation des Jeux, la zone Paris centre, se contenterait d'utiliser l'existant, ou des équipements temporaires. C'est d'ailleurs une force de la candidature de Paris, estime Stéphane Troussel : 95 % des équipements sportifs sont, soit déjà construits, soit temporaires. Une manière de s'assurer que ne fleuriront pas les "éléphants blancs", ces sites laissés à l'abandon les Jeux à peine terminés. Autre écueil qui peut être évité si Paris organise les JO : les dérapages budgétaires. D'abord car peu d'équipements seraient à construire. Mais aussi car la situation n'est pas la même que pour Londres (organisatrice des JO 2012), Pékin (JO 2008) ou, pire, Sotchi (JO 2014), qui avaient doublé, voire triplé leur budget (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

UI Abonnement

Banniere Traits Urbains 86 250

Banniere Guide des projets urbains Innovapresse 250