Un réseau de chauffage par thalassothermie en projet à la Grande Motte

Projets urbains
TAILLE DU TEXTE
La ville de la Grande Motte, dans le département de l'Hérault, vient de lancer un appel d'offre pour la création d'une boucle thalassothermique. Il s'agit de réchauffer et refroidir les copropriétés et les établissements publics, dont l'hôtel de ville et le palais des congrès, en utilisant le différentiel de température entre eau de mer et eau douce. Des pompes installées à l'entrée du port prélèveraient l'eau de mer par cinq ou six mètres de fond. L'eau de mer affichant une température plus élevée que l'air en hiver et plus fraîche en été, offrirait ses calories et frigories à l'eau douce en circulation dans un réseaux de près de cinq km. Les clients exploiteraient alors ce potentiel via une pompe à chaleur collective. Le cabinet d’études Girus s'est vu confié en 2016, une étude de faisabilité technique et économique sur un périmètre défini qui a démontré que "seul le secteur du centre-ville présente une densité suffisante" pour un opérateur. Démarrage des travaux fin 2018 Le projet, évalué à 8 M€, épargnerait à l'atmosphère, selon l'étude de Girus, 47 000 T de CO2 en vingt (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

UI Abonnement

Banniere Traits Urbains 86 250