17
novembre 2018

La revitalisation des petites villes, ou comment faire de l'architecture de terroir

Politique
Outils
TAILLE DU TEXTE
"Pourquoi revitaliser ?", interrogeait, vendredi 6 juillet à Paris, l’Ecole des architectes et urbanistes de l’Etat (AUE), lors de la table-ronde annuelle co-organisée avec l’Association nationale des architectes des bâtiments de France (ANABF). Au cœur du débat : "la revitalisation des bourgs, des petites villes et des zones rurales, pas forcément des grands ensembles", pointe Ariella Masboungi, Grand Prix de l’urbanisme 2016, marraine de la table-ronde. Vanik Berberian, maire centriste de Gargilesse-Dampierre (36), président de l’Association des maires ruraux de France (AMRF), a été plutôt critique envers les ABF. Selon lui, ils "arrivent avec leurs certitudes et veulent imposer leur point de vue". Et l'édile de pointer du doigt qu’aujourd’hui, "on retrouve le même mobilier urbain sur tous les territoires sans prendre en compte les différentes richesses de ces espaces". Les élus et les habitants ont la "connaissance du terrain" et les architectes apportent leurs "savoirs techniques", temporise-t-il. Bien que critiques, les intervenants n’ont pas remis en cause la nécessité des ABF dans l’aménagement du territoire, mais ont appelé à davantage "d'ouverture d’esprit". Pour la présidente de l’Ordre des architectes de la région Ile-de-France, Christine Leconte, (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE