24
septembre 2018

Retour sur la loi Lamy et la création des conseils citoyens

Politique
Outils
TAILLE DU TEXTE
Le 8 mars, l’Ecole de la rénovation urbaine donnait "carte blanche" à François Lamy, ministre délégué chargé de la ville sous le gouvernement Ayrault.Celui-ci  a évoqué les différentes étapes qui ont mené à la promulgation de la loi de février 2014 (loi Lamy) reconnaissant aux habitants - par la création des conseils citoyens dans les quartiers de la politique de la ville - leur place dans la construction des contrats de ville et des projets de renouvellement urbain. Pour lui, "la politique de la ville ne consistait pas seulement à rénover le bâti", elle devait se recentrer sur les questions de droit commun : priorité à l’éducation, mobilisation des agences de santé, des bailleurs sociaux, de Pôle emploi, etc., afin qu’eux aussi s’engagent dans les contrats de ville. Car "le problème n’est pas lié à la forme urbaine, mais à la question sociale : pour preuve, Monaco est une ville constituée de tours…. Et à Neuilly, 15 % des habitants sont des étrangers, pour la plupart diplomates !"Mobilisé sur la lutte contre les concentrations de pauvreté, il a ainsi fait en sorte qu’après le plan Anru 1 le montant de l’engagement de l’Etat soit inscrit dans la loi (5 Md€). Insistant sur "la (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE