14
décembre 2018

Roubaix : une université populaire et citoyenne sans financements

Politique
Outils
TAILLE DU TEXTE
L'université populaire et citoyenne (UPC) de Roubaix dénonce la disparition des subventions (de fonctionnement ou sur projets) que lui apportaient l'Etat et la région Hauts-de-France. Depuis sa création il y a douze ans, l'association disposait en moyenne de 200 000 € annuels. Elle a employé jusqu'à quatre permanents pour accompagner les initiatives d'habitants et animer des échanges de savoirs ou des débats sur le travail, l'alimentation, la transition écologique. La ville de Roubaix a maintenu en 2017 un financement de 10 000 €. Mais l'UPC lui reproche de ne pas avoir soutenu ses dossiers auprès des autres institutions, alors que le maire (LR), Guillaume Delbar, est vice-président de la région chargé de la rénovation urbaine. L'UPC estime que les pouvoirs publics ne tolèrent pas l'expression de paroles autonomes et collectives, notamment de celles qui ont contesté le déroulement du PRQAD (Programme de requalification des quartiers anciens dégradés) dans le quartier roubaisien du Pile. L’association promet de poursuivre son action sous forme bénévole.

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE