Le Supraways veut survoler la frontière luxembourgeoise

Mobilités
Outils
TAILLE DU TEXTE
Le conseil communautaire de Thionville-Porte de France a examiné, en décembre dernier, l’étude de mobilité présentée par la startup rhônalpine Supraways. L'idée : desservir par des "Supras" - transport aérien entre aérotrain et téléphérique - l’espace interurbain et frontalier du nord lorrain. "Nous nous sommes appuyés sur des flux précis pour rabattre les travailleurs frontaliers, mais aussi vasculariser la zone frontalière et mieux répartir sa valeur foncière", explique Claude Escala, fondateur de Supraways. L’infrastructure desservirait dans un premier temps cinq stations sur 16 km entre l’agglomération thionvilloise et la frontière. Une deuxième phase prévoit une boucle de 57 km à l’ouest et au sud, de Florange à Audun-le-Tiche en desservant le territoire de l’OIN Alzette-Belval. Le réseau complet comporterait 24 stations. Un millier de véhicules de neuf places circulant à une vitesse moyenne de 100 km/h en ligne droite pour (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

Articles sélectionnés pour vous

UI Abonnement