Les loyers progressent moins que l'inflation dans 75 % des grandes villes

Immobilier
TAILLE DU TEXTE
Après une année 2015 de reprise (+ 11,7 %), l’activité du marché locatif privé s’est repliée en 2016 (- 2,7 %) pour arriver à un taux de mobilité résidentielle des locataires de 29,7 %, ce qui reste néanmoins une bonne année, indique l'observatoire Clameur des marchés locatifs privés. Selon l'association, qui regroupe les données des principaux acteurs professionnels de l’immobilier (Foncia, Fnaim, FPI, FFB, Crédit foncier, Century 21…), l’année 2017 commence bien grâce à une période hivernale inhabituellement propice à la mobilité résidentielle, les grands déménagements se faisant plutôt au printemps. Deux raisons expliquent ce phénomène selon Michel Mouillart, auteur de l’étude et professeur d’économie à l’Université Paris Ouest : "le redressement du moral des ménages et la bonne tenue du marché de la primo-accession qui libère des logements", l’effet de l’encadrement des loyers n'y est pour rien "puisque le phénomène concerne tout le territoire". L'activité de la quasi-totalité des régions s'est redressée depuis 2011, exception faite de Paris où elle reste à très bas niveau (18,7 %). "L’embellie du printemps (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

LP Abonnement