Les syndics de copropriété dans le collimateur du gouvernement

Habitat
Outils
TAILLE DU TEXTE
Lors d'un discours marquant le 10e anniversaire de l'Autorité de la concurrence, le Premier ministre, Edouard Philippe, a dit vouloir s’attaquer aux "angles morts du pouvoir d'achat" par une série de mesures en faveur des ménages, et notamment à l'encontre des syndics de copropriétés. Le Premier ministre a rappelé que le gouvernement allait prendre des sanctions sous forme d'amende de 3 000 à 15 000 € à l'encontre des syndics qui ne jouent pas le jeu de la mise en concurrence. "En principe, les AG de propriétaires doivent, tous les trois ans, mettre les syndics en concurrence", fait valoir le Premier ministre dans son discours. "Dans les faits, si je demande qui, ici, a récemment changé de syndic, on me répondra sans doute : personne. Parfois, ce non-renouvellement est un choix. Souvent, c’est un non-choix car les copropriétaires ignorent leurs droits. Et quand ils le savent, la comparaison des prestations est si fastidieuse qu’elle devient (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

Articles sélectionnés pour vous