Le pôle de lutte contre l’habitat indigne du Gard dévoile son bilan

Habitat
Outils
TAILLE DU TEXTE
En 2017, 520 logements ont fait l’objet de signalement (contre 515 en 2016 et 464 en 2015), signale le pôle départemental de lutte contre l’habitat indigne du Gard (PDLHI 30) publie son bilan tous les deux ans. La caisse d'allocation familiale (CAF), qui fait office de guichet unique, centralise les signalements allant de la non-décence au péril, puis les transmet au pôle qui les examine, aiguille les locataires et suit les démarches en fonction du niveau de procédure. Ainsi, 53 dossiers ont débouché sur des arrêtés préfectoraux pour 83 logements. Le pôle prévoit aussi un accompagnement social pour les locataires. Depuis douze ans, le PDLHI 30 fédère tous les acteurs de l’habitat pour suivre les signalements, afin d’apporter des réponses rapides aux locataires. "Après des débuts balbutiants en 2006, le pôle fonctionne désormais très bien et nous sommes bien identifiés par la population", explique Lydia Vautier, directrice adjointe de la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM). Deux réunions mensuelles sont dédiées, l’une aux signalements des agglomérations de Nîmes et d’Alès, l’autre aux autres communes. Avec 30 000 logements (dont la moitié occupée par des (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

CL Abonnement