Flines-lez-Râches (59) et la loi SRU : le couvent de l'espoir

Habitat
Outils
TAILLE DU TEXTE
La commune de Flines-lez-Râches (5 500 habitants) compte moins de 10 % de logements sociaux sur son sol. Elle doit en construire 240 pour se mettre en conformité avec la loi SRU, à laquelle elle est soumise depuis le 1er janvier 2016. Dans cette optique, la municipalité a signé avec l'Etat un contrat de mixité sociale. Ce dispositif a eu pour mérite d'intéresser un bailleur, Partenord Habitat, et un promoteur, Eiffage immobilier, à la reconversion d'un couvent, propriété municipale inutilisée depuis les années 90. Une aile du bâtiment du 19e  siècle sera démolie et reconstruite ; une autre partie sera préservée et restaurée. Dans ces locaux, 58 logements sociaux seront aménagés. Dans les anciens jardins du couvent, dix maisons en accession maîtrisée et seize lots libres seront proposés à l'achat. Un autre projet, porté dans la commune par Neoximmo et Partenord Habitat, pourrait générer 80 logements sociaux supplémentaires mais il est bloqué devant les tribunaux, le temps d'un recours.

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

CL Abonnement